Sujets
télévision
résultats financiers

Texte
Le secteur de la télévision spécialisée, payante et à la carte a poursuivi la croissance soutenue des dernières années en 2004. Les revenus de l'ensemble des services spécialisés dans l'ensemble du Canada ont été de 2,05 milliards de dollars, en hausse de 9 % comparativement à l'année 2003. Durant la même période, le bénéfice avant impôt et intérêts a progressé de 47 % pour atteindre 418 millions. Les revenus de la télévision spécialisée, payante et à la carte proviennent d'abord des revenus d'abonnement à la distribution par câble et par satellite, 892 et 428 millions respectivement, alors que la publicité nationale rapporte 691 millions. Les entreprises de ce secteur comptaient 4 800 employés en 2004 à qui elles ont versé 318 millions de dollars en salaires. À la fin de 2004, il y avait au pays 63 services spécialisés analogiques et 52 canaux numériques. Après des années difficiles lors du lancement des premiers services spécialisés, le secteur semble maintenant bien établi et l'offre de services continue de se diversifier avec l'arrivée de canaux numériques visant des niches bien précises. Au cours des cinq dernières années, l'ensemble du secteur a vu ses revenus grimper de 61 %, alors que le bénéfice avant impôt augmentait de 89 %. Notons que le secteur rattrape maintenant les stations de télévision conventionnelle privée qui ont recueilli des revenus de 2,1 milliards en 2004. (04-03-05, Le Devoir, p.B2, La Presse, p.LPA1, The Globe and Mail, p.B1)

LE CENTRE D'ÉTUDES SUR LES MÉDIAS


Sujets
télévision

Texte
La direction de la télévision de Radio-Canada a désavoué la série Félix Leclerc qui est diffusée à son antenne depuis cette semaine et qui a été la cible de critiques dévastatrices. Selon sa direction, la SRC avait émis de sérieuses réserves tant sur la structure de la série que sur les textes, mais il était trop tard car le financement était déjà complété. Radio-canada a tout de même choisi d'inclure la série dans sa programmation car elle n'avait aucune émission pour la remplacer. Aussi, la SRC ne voulait pas que le producteur privé de la série perde l'aide gouvernementale obtenue, celle-ci étant reliée à la diffusion en période de grande écoute. La SRC a souhaité qu'un échec de ce type ne se reproduise pas. Le directeur des programmes de la SRC, Mario Clément, considère que ce cas remet en question les coproductions d'émissions avec des partenaires français. Il estime que ce type de coproductions donne des résultats hybrides et force les partenaires à faire des compromis qui ne font l'affaire de personne. (03-03-05, Le Devoir, p.A1, La Presse, p.A1; 02-03-05, Le Devoir, p.B8; 01-03-05, La Presse, p.A1)

LE CENTRE D'ÉTUDES SUR LES MÉDIAS


Sujets
presse écrite

Texte
Le lancement par le groupe CanWest Global d'un quotidien gratuit qui sera distribué dans 5 villes canadiennes révèle l'intérêt marqué du secteur de l'édition de journaux pour les jeunes lecteurs âgés de 18 à 35 ans. Ce groupe démographique représente un bassin important de consommateurs qui intéresse beaucoup les annonceurs et qui est par conséquent une source des revenus publicitaires potentiels pour les éditeurs. Mais ces jeunes sont peu intéressés par les journaux traditionnels. Selon NADbank, 80 % des Canadiens âgés de 18 à 35 ans lisent un journal au moins une fois par semaine, mais seulement 45 % en lisent un quotidiennement. Afin d'assurer le renouvellement de leur lectorat, plusieurs journaux ont d'abord tenté d'attirer ces jeunes lecteurs en créant des sections spéciales abordant des sujets qui pouvaient davantage les intéresser. Cette initiative a parfois donné des résultats, mais elle ne semble pas avoir freiné la baisse du lectorat chez les jeunes adultes. C'est pourquoi les éditeurs ont décidé de lancer des quotidiens gratuits conçus pour plaire à cette clientèle. Outre l'intérêt de ces publications comme véhicules publicitaires, l'idée des éditeurs est de créer des habitudes de lecture chez ce jeune public dans l'espoir qu'il opte plus tard pour les quotidiens traditionnels. (28-02-05, The Globe and Mail, p.B1)

LE CENTRE D'ÉTUDES SUR LES MÉDIAS


Sujets
presse écrite

Texte
Après avoir lancé deux quotidiens gratuits dans de petites villes de Colombie-Britannique, l'éditeur Black Press annonce le lancement prochain de sept autres publications du même type dans de petits marchés de la même province. Il s'agit de villes où Black Press publie déjà des journaux ou des hebdomadaires, mais pas de quotidiens. Le tirage de ces tabloïds gratuits sera de trois à dix mille exemplaires selon la taille du marché. Leur contenu sera composé de textes d'agences et de publicité locale (04-03-05, The Globe and Mail, p.B5)

LE CENTRE D'ÉTUDES SUR LES MÉDIAS


Sujets
télévision
radio
presse écrite
Internet

Texte
Un sondage réalisé par Jupiter Research révèle que le nombre d'heures d'utilisation de l'Internet a rejoint celui de la télévision chez les adultes nord-américains. Chez les répondants au sondage, ces deux « médias » accaparent en moyenne chacun 33,5 % du temps consacré à la consommation de médias. Puis, 17 % du temps consacré aux médias l'est à l'écoute de la radio, comparativement à 10 % du temps pour les livres. Les journaux et les magazines ne recueillent chacun que 3 % du temps consacré aux médias. (26-02-05, La Presse, p.A2)

LE CENTRE D'ÉTUDES SUR LES MÉDIAS


Sujets
Internet

Texte
Selon le groupe torontois Convergence Consulting, les dépenses pour les services d'accès à l'Internet ont augmenté de 5 % au Canada en 2004, atteignant près de 7 milliards de dollars. C'est la demande des consommateurs pour les services d'accès à haute vitesse qui augmente le plus rapidement avec une croissance 19 %, ce qui est toutefois moins que la croissance de 24 % enregistrée en 2003. De leur côté, les dépenses des entreprises pour les services d'accès à l'Internet n'ont augmenté que de 2 %. Pour l'année 2005, Convergence Consulting prévoit que la croissance de l'ensemble des dépenses sera encore de 5 %, une augmentation des dépenses des entreprises contrebalançant le ralentissement de la demande des consommateurs. (28-02-05, The Globe and Mail, p.B3)

LE CENTRE D'ÉTUDES SUR LES MÉDIAS


Sujets
Internet

Texte
Un sondage réalisé par le CEFRIO et Léger Marketing indique que les Québécois ont rattrapé la moyenne canadienne d'utilisation de l'Internet. En 2004, 3,5 millions de Québécois naviguaient en moyenne 5 heures par semaine sur l'Internet. C'est encore chez les jeunes de 18 à 24 ans que le taux d'utilisation de l'Internet est le plus élevé, soit 80 %. Cependant, l'utilisation augmente chez les personnes de 55 ans et plus, atteignant 44 %. La fonction d'Internet la plus prisée demeure le courrier électronique, 57 % des Québécois possédant une adresse électronique. Les services bancaires en ligne et le commerce électronique attirent davantage de Québécois et sont maintenant utilisés respectivement par 33 % et 30 % des internautes. Notons que la langue française est utilisée par 61 % des internautes québécois lorsqu'ils naviguent sur le Web. Enfin, 40 % des Québécois dont le domicile est branché optent pour un accès à l'Internet à haute vitesse. (26-02-05, La Presse, p.PA14)

LE CENTRE D'ÉTUDES SUR LES MÉDIAS


Sujets
télévision
éthique et droit des médias

Texte
Le distributeur américain de télévision par satellite DirecTV a déposé à la Cour supérieure de l'Ontario une poursuite contre 19 Canadiens qu'elle accuse de vendre du matériel permettant de capter illégalement des signaux de télévision. La poursuite demande une injonction pour arrêter la vente de matériel illégal, ainsi que des dommages financiers de 20 millions de dollars de la part des individus et de leurs entreprises. DirecTV distribue des signaux de télévision par satellite aux États-Unis, mais ne détient pas de licence de distribution au Canada. Cependant, de nombreux Canadiens captent ses signaux à l'aide de matériel illégal. (04-03-05, The Globe and Mail, p.B6)

LE CENTRE D'ÉTUDES SUR LES MÉDIAS


Sujets
radio
Internet

Texte
Après l'arrivée des carnets web (ou weblogs) sur l'Internet, c'est au tour des audioblogues (ou podcasts) de proposer de nouveaux contenus ainsi qu'un nouveau mode de consommation des médias. Les audioblogues sont des sites où l'on peut télécharger des « émissions de radio » afin de les écouter sur un lecteur numérique (MP3). La plupart des audioblogues sont réalisés à la maison par des amateurs à l'aide d'un logiciel permettant de produire des émissions audio. Les sujets abordés sont variés : musique, gastronomie, cinéma, religion, pêche à la ligne, etc. Depuis août 2004, plus de 3 000 audioblogues auraient fait leur apparition sur l'Internet. Certaines stations de radio conventionnelle ont déjà emboîté le pas en offrant des émissions pouvant être téléchargées. Et des annonceurs et des publicitaires se montrent déjà intéressés. (02-03-05, La Presse, p.Actuel3)

LE CENTRE D'ÉTUDES SUR LES MÉDIAS