Distribution des contenus audiovisuels

Sept grandes entreprises se partagent 93 % du marché de la distribution de radiodiffusion, soit par câble, par satellite ou par protocole Internet (IPTV) au Canada. BCE en détient à elle seule 29 % avec quelque 2,8 millions d’abonnés, dont une partie au Québec. Corus/Shaw rejoint environ 2,1 millions de foyers (22 %), alors que Rogers en compte quelque 1,5 million (15 %)1. Vidéotron est le choix de 1,4 million (14 %) de foyers, tous au Québec, Telus celui de 1,1 million (11 %), Cogeco de quelque 600 000 (6 % des parts des principales entreprises), tous au Québec et en Ontario, pendant que Eastlink ferme la marche avec 3 % du marché, la majorité de ces 283 000 abonnés se retrouvant en Nouvelle-Écosse, au Nouveau Brunswick et à l’Île-du-Prince-Édouard, avec quelques abonnés en Ontario, en Alberta et à Terre-Neuve. Ces mêmes sociétés accaparent également 97 % des revenus de ce secteur.

Principales entreprises de distribution de radiodiffusion au Canada en 2020
Sociétés Nombre d’abonnés (000)2  Parts de ce groupe (%)
BCE 2 801 29 %
Corus/Shaw 2 115 22 %
Rogers 1 509 15 %
Vidéotron (Québecor) 1 380 14 %
Télus 1 115 11 %
Cogeco 619 6 %
Eastlink (Bragg Communications) 283 3 %
Total pour ces distributeurs 9 8223 100 %

Source : Données ouvertes du CRTC (décembre 2021), Services des EDR des grands groupes de propriété, Données – EDR E-13.

Du côté des services de diffusion vidéo en ligne au Canada, deux entreprises dominent en termes de revenus : Netflix obtient 31 % des revenus totaux de ce secteur et YouTube le suit de près, avec 23 % des recettes de 2020. Pour les services vidéo sur demande en ligne payants, c’est entièrement Netflix qui domine au Canada, amassant 60 % des recettes en 20204

Au Québec, la proportion de personnes abonnées à des services vidéo en ligne payants dépasse d’ailleurs maintenant la proportion de personnes abonnées aux services de télévision : selon l’Académie de la transformation numérique5, 73 % des Québécois sont abonnés à au moins un service de diffusion vidéo en continu payant, alors que seulement 66 % des adultes au Québec sont abonnés à un service de télévision. Netflix est le service de diffusion vidéo en continu payant avec le plus d’abonnés québécois (57 % des internautes au Québec). Il est suivi par Amazon Prime Video, qui rejoint 29 % des Québécois, Disney +, qui en rejoint 18 %, et Club illico, qui en rejoint 16 %.

À l’échelle du Canada, les Canadiens anglophones sont proportionnellement plus abonnés aux services de vidéo sur demande que les francophones : selon les données de GlobalWebIndex6, en 2020, 68 % des anglophones comparativement à 53 % des francophones sont abonnés à Netflix. La situation est similaire pour son principal concurrent, Amazon Prime Video, amassant 34 % de foyers abonnés par rapport à 18 %. Disney+ suit d’ailleurs ses compétiteurs de plus près dans les foyers anglophones, en comptant 24 % de foyers abonnés comparé à seulement 13 % des foyers francophones. Dans ces derniers foyers, Disney+ est dépassé par Tou.tv Extra, comptant 17 % de foyers francophones abonnés.

Mise à jour : janvier 2022

Notes

[1]. En mars 2021, Rogers a conclu une entente avec Shaw pour faire l’acquisition de cette dernière compagnie pour 26 milliards de dollars. Ceci procurerait ainsi à Rogers une longueur d’avance sur BCE en matière de parts du marché de la radiodiffusion. Les audiences publiques du CRTC à propos de cette fusion ont eu lieu dans la semaine du 22 novembre 2021 et les observations finales des parties ont été remises le 13 décembre 2021. Le CRTC n’a toujours pas rendu sa décision officielle sur la fusion de ces deux diffuseurs.

[2]. Nombre d’abonnés au service de base.

[3]. Totalise 93 % de tous les abonnés à un système de distribution.

[4]. Estimatifs d’Omdia, cités dans les données ouvertes du CRTC (décembre 2021): Aperçu des revenus estimatifs des services sonores et de télévision diffusés par Internet, Données – R-14 et Revenus estimatifs au Canada des services de VSDA (millions $), Données – TV-G18.

[5]. Données du Portrait numérique des foyers Québécois, NETendances 2021 (volume 12, numéro 4).

[6]. Données du sondage GlobalWebIndex auprès des usagers d’Internet âgés de 16 à 64 ans, T3 2020, rapporté par le Fonds des médias du Canada dans Reprendre, autrement : Rapport annuel sur les tendances dans l’industrie audiovisuelle, janvier 2021.