Presse hebdomadaire

La configuration des propriétaires de ces publications régionales s’est grandement transformée depuis avril 2017 alors que le groupe TC Transcontinental annonçait son intention de quitter ce secteur d’activités. De mai 2017 à juin 2018, l’entreprise a en effet conclu 14 transactions au terme desquelles elle a vendu les 88 titres de cette nature qu’elle possédait au Québec, ainsi que les sites web qui leur sont associés1. Les contrats prévoient que le vendeur continue d’imprimer et de distribuer (par l’entremise de Publisac) les exemplaires de ces publications. Au début du processus, le conglomérat détenait 62 % des titres de l’industrie et ceux-ci représentaient 68 % du tirage.

TC Transcontinental dominait déjà ce secteur lorsqu’en décembre 2013, après une féroce bataille, il acquiert les hebdomadaires régionaux de son concurrent Québecor. Revoyons les grandes lignes de cette rivalité. Au début des années 2000, les deux acteurs s’affairent dans des marchés différents, partageant même leurs réseaux de distribution : Québecor distribue les produits de Transcontinental là où celle-ci ne possède pas son propre réseau et vice-versa. La fin de cette entente, le 1er juillet 2009, marque le commencement des hostilités entre les deux entreprises. Chacune se lance sur des territoires desservis par l’adversaire, parfois par le biais de nouveaux hebdos ou en faisant l’acquisition de petits acteurs régionaux. On assiste à une guerre des tarifs publicitaires et, vraisemblablement, à des pertes financières pour plusieurs titres, jusqu’à ce que Québecor jette l’éponge, à la fin de l’année 2013. Une rationalisation s’ensuit : plusieurs titres cesseront complètement leurs activités ou feront l’objet d’une fusion avec une autre publication, d’autres ne seront plus exploités qu’en ligne ou réduisent leurs parutions à une ou deux fois par mois. Un peu plus de 80 hebdomadaires papier ont ainsi disparu depuis 2010. La majeure partie du territoire québécois demeure desservie par au moins un hebdo, mais les communautés où deux propriétaires se font concurrence sont maintenant rares.

Le groupe qui est actuellement le plus dominant, Métro Média, contrôle 13 % des titres et 16 % du tirage. Ses journaux desservent l’ile de Montréal et la région de Québec. La compagnie est également propriétaire du quotidien gratuit Métro de Montréal. La seconde entreprise en importance, icimédias, a la main mise 17 % des publications et celles-ci mettent sur le marché 15 % des exemplaires. Ses titres sont localisés dans cinq régions adjacentes, de Chaudière-Appalaches à la Montérégie, en passant par le Centre-du-Québec, la Mauricie et l’Estrie. Au troisième rang, le Groupe Lexis Média possède quelque 13 % des hebdos et cumule 10 % du tirage. Ses propriétés sont établies en Outaouais, en Abitibi-Témiscamingue et dans Lanaudière. Ces sociétés représentent à elles trois environ 42 % de l’industrie. Les quatre firmes qui suivent au classement éditent, prises globalement, 20 % des exemplaires : Gravité Média et D.B.C. Communications sont implantées en Montérégie, les trois titres de langue anglaise de Micheal Publishing desservent l’Ile de Montréal alors que le Groupe JCL fait affaire dans les Laurentides. Il existe encore 31 hebdos indépendants (leurs propriétaires respectifs ne possèdent qu’un seul titre dans la presse hebdomadaire régionale québécoise et n’éditent pas de quotidien) qui, ensemble, comptent pour 21 % des exemplaires totaux. Les autres appartiennent à quelques acteurs principalement actifs dans la presse quotidienne (Groupe Capitales Médias, Postmedia Network et Glacier) ainsi qu’à une dizaine de petits groupes régionaux.  Des médias hyperlocaux couvrent, en ligne, la vie de certains quartiers de Montréal et de Québec, de même que quelques villes.

TABLEAU 1 : Répartition des titres et du tirage des hebdomadaires régionaux du Québec selon la propriété en 2019

Groupe

Titres

Tirage

Nb

%

Nb

%

Métro Média

16

13,3

558 932

16,4

Icimédias

20

16,7

517 273

15,2

Groupe Lexis Média

15

12,5

337 444

9,9

Gravité Média

4

3,3

254 360

7,5

Groupe JCL

3

2,5

182 685

5,4

Michael Publishing

3

2,5

135 873

4,0

D.B.C. Communications

4

3,3

120 853

3,5

Dave Beaunoyer

2

1,7

99 239

2,9

Josée Pilotte

2

1,7

83 701

2,5

Sonène Hebdo

4

3,3

57 420

1,7

Éditions Nordiques

4

3,3

56 436

1,7

Placements CDFG/J-C Messier

2

1,7

59 100

1,7

Trium Média

3

2,5

50 936

1,5

Les Versants du Mont-Bruno

2

1,7

48 907

1,4

Groupe Capitales Médias

1

0,8

45 173

1,3

Bakoyannis/Guzman

2

1,7

37 329

1,2

Postmedia Network Inc.

1

0,8

20 101

0,6

Glacier Ventures International

1

0,8

12 120

0,4

Indépendants

31

25,8

729 723

21,4

TOTAL

120

100,00

3 407 605

100,00

Le graphique illustre les parts respectives des indépendants, des groupes régionaux (présents dans une seule région) et des groupes nationaux (faisant affaires dans plusieurs régions ou dont le portefeuille inclut un quotidien). Bien qu’ils prédominent toujours, ces derniers ont perdu de l’importance au profit des groupes régionaux. En 2019, les nationaux accaparent 44 % du tirage, comparativement à 35 % pour les régionaux. Avant les transactions de 2017-2018, la part des premiers s’élevait à 70 %.

TABLEAU 2 : Part des indépendants, des groupes régionaux et des groupes nationaux dans la propriété et le tirage des hebdomadaires régionaux du Québec en 2019 et 2017

 

Mise à jour : février 2019

Notes
[1] Le quotidien gratuit Métro de Montréal a également été vendu pendant la période. Le groupe s’était auparavant départi de publications en Saskatchewan et dans les Maritimes. Le nombre d’employés de la filiale Média est passé de 1 600 à la fin de 2016 à environ 350 à la suite de ces diverses transactions. Ceux-ci œuvrent dans les publications spécialisées de la compagnie, plus spécifiquement dans les secteurs de la finance (dont le journal Les Affaires) et de la construction, ainsi que dans l’édition de livres.