Radio

Le portrait de la propriété de cette industrie a beaucoup changé au Québec pendant la dernière décennie, alors que les deux principaux acteurs de 2008, Astral Média et Corus, n’y œuvrent plus. Une troisième société, Attraction Radio, né en 2012, a cédé ses stations à l’été 2018 à celui qui occupait les fonctions de vice-président exécutif et directeur des opérations de l’entreprise, Sylvain Chamberland. Pour sa part, le groupe RNC s’est départi, également en 2018, de onze de ses quatorze stations installées au Québec de même que de celle de Hawkesbury en Ontario.

Corus, détenteur de 15 stations au début de 2008, commence par vendre CHRC (Québec) à des hommes d’affaires locaux et ferme en janvier 2010 les portes des radios AM montréalaises, CINW et CINF (aussi appelée Info 690).

En avril 2010, le groupe annonce une entente avec Cogeco concernant la vente de 11 de ses 12 stations restantes dans la province. Cette transaction est approuvée par le CRTC en septembre 2010, à la condition que l’acquéreur se dessaisisse de deux stations à Québec et d’une autre à Sherbrooke1. CJEC-FM et CFEL-FM de Québec seront achetées par un nouveau venu dans le milieu radiophonique, Leclerc Communication, alors que CJTS-FM de Sherbrooke fermera ses portes, faute d’une offre jugée satisfaisante. Cogeco se retrouvait avec 13 stations, dont trois FM francophones à Montréal. Bien que cela aille à l’encontre de sa politique empêchant une entreprise de posséder plus de deux stations commerciales de même langue et sur la même bande dans un marché où l’on en dénombre plus de huit, le CRTC accepte d’y faire exception, notamment pour faciliter la viabilité de CHMP-FM (98,5), seule radio commerciale francophone à prépondérance verbale et axée sur l’information et les affaires publiques dans le marché montréalais. L’organisme de règlementation a également tenu compte dans sa décision « du délaissement de la bande AM dans le marché de Montréal, et de la préférence marquée des auditeurs pour la bande FM »2

Finalement, le CRTC a entériné, en février 2011, la vente de la dernière antenne de Corus au Québec, CKRS au Saguenay, à un groupe d’hommes d’affaires de cette région3. Celle-ci passera éventuellement aux mains d’Attraction Radio.

En mars 2012 Astral Média est le plus important acteur de la radiodiffusion au Québec avec 24 stations, dont celles des réseaux NRJ et Rouge fm (anciennement RockDétente). L’entreprise annonce alors la cession de l’ensemble de ces actifs ainsi que de nombreux canaux spécialisés de télévision à BCE. Après un premier refus du CRTC, inquiet de l’envergure que celle-ci prendrait dans le milieu médiatique canadien à la suite d’une telle acquisition, la transaction sera finalement acceptée sous une forme modifiée en juin 2013. Les antennes québécoises ne seront pas touchées par les changements apportés et passeront intégralement dans le giron de la filiale Bell Média, qui ne détenait jusqu’ici qu’une radio dans la province. 

En parallèle, deux groupes ont d’abord étendu leurs activités, avant de retraiter. D’une part, RNC Média, autrefois nommé Radio-Nord, s’est installé un peu partout au Québec en acquérant CHOI-FM à Québec, que Genex ne pouvait plus continuer d’exploiter faute de licence, et en prenant une participation de 75 % dans le Groupe Radio Antenne 6, qui opérait 5 stations au Lac-Saint-Jean. RNC Media était aussi présent en Abitibi, en Outaouais et à Montréal. Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) a entériné, en octobre 2018, le passage dans les mains de Cogeco des stations situées au Lac-Saint-Jean, en Abitibi et à Lachute. L’acheteur ne possédait aucun actif dans ces marchés. Finalement, le 28 aout 2018, RNC a annoncé avoir conclu une entente avec Leclerc Communication concernant la vente de CHOI à Québec et du 91,9 Sports à Montréal. Cette transaction a été approuvée par le CRTC à la condition que l’acquéreur se départisse de l’une des autres stations qu’il contrôle à Québec. Le groupe Leclerc a préféré conserver ses avoirs.

D’autre part, Attraction radio (filiale d’Attraction Média) qui a amorcé ses activités en 2012 a progressivement acquis 14 stations situées en Gaspésie, sur la Côte-Nord, au Saguenay, en Chaudière-Appalaches, au Centre-du-Québec, en Haute Mauricie et dans Lanaudière. En octobre 2018, ces actifs sont devenus la propriété, avec l’approbation du CRTC, d’un dirigeant de l’entreprise, Sylvain Chamberland. La nouvelle société s’appelle Arsenal Media. Elle a acquis une quinzième station (Dégelis) à la fin de 2019 et a obtenu l’autorisation du CRTC pour ouvrir une deuxième radio en Beauce. Celle-ci devait débuter ses activités en mai 2020, mais la pandémie l’a repoussé à une date qui n’est pas connue au moment d’écrire ces lignes. Les autres propriétaires sont plutôt des acteurs régionaux, à l’exception du Groupe Radio Evanov qui opère une quinzaine de stations ciblant des minorités culturelles et sexuelles à travers le pays.

Fait inusité, le CRTC a refusé au cours de l’été 2020 de renouveler les licences de la station indépendante CFOR à Maniwaki et celle de CJMS à Saint-Constant qui était la propriété du Groupe PAM. Les deux diffuseurs doivent mettre fin à leurs activités au plus tard le 31 aout. L’organisme invoque des situations répétées et sur de longues périodes de non-conformité à ses exigences. Il est disposé à accueillir toute demande visant à exploiter des stations de radio pour desservir ces communautés.

Près de 60 % des stations de radio commerciales appartiennent à trois entreprises : BCE en possède 25, Cogeco en détient 22 et Arsenal Media 15.  

1. Principaux groupes privés de radio et leurs actifs au Québec

Groupes

 

Nombre de stations

Bell Média

25

Cogeco

22

Arsenal Media

15*

Groupe Radio Simard (Guy Simard)

7

RNC Média (Radio-Nord)

54

Groupe Radio Evanov

2**

Leclerc Communication inc.

3***

Radio du Golfe

2

Groupe Médias PAM

1****

Autres

20

Ensemble des stations privées commerciales au Québec

102

* Une station devrait s’ajouter en Beauce à une date indéterminée.

** L’entreprise a requis et obtenu la révocation de l’une de ses licences dans le marché de Montréal.

*** En avril 2020, le CRTC a autorisé l’acquisition de la station montréalaise du Groups Musique Greg par Leclerc Communication qui a proposé une formule musicale grand public. Il s’agit de la troisième station du diffuseur.

**** La licence de la station du groupe située à Saint-Constant n’a pas été renouvelée. L’entreprise n’a plus qu’une station.

Source : Compilation du CEM à partir de données du CRTC et de décisions de l’organisme de règlementation.

La présence de Bell Média et de Cogeco dans les principaux marchés leur apporte une très grande partie de l’écoute. En 2018, les deux sociétés récoltaient 51 % des parts d’écoute des stations de langue française au Canada, soit 30 % pour Cogeco et 21 % pour BCE. Pour leur part, les deux services de langue française de Radio-Canada (Ici Première et Ici Musique) retiennent 24 % de l’écoute5. À l’automne 2019, dans le marché numéro 1, celui de langue française de Montréal, Cogeco bénéficie d’une portion nettement plus élevée que BCE. Le premier en recueille 46,6 %, au regard de 28,1 % pour son principal rival. De leur côté, les deux stations des réseaux français de Radio-Canada sont créditées de 15,2 % des parts de ce marché6.

Au Québec, BCE exploite notamment les marques Énergie, Rouge FM, Virgin, CHOM et CJAD. Chez Cogco, ce sont, entre autres, Rythme, 98,5, FM 93, CKOI, Planète et WOW. Du côté de Arsenal Media, on relève Plaisir, O — le meilleur de la musique, et KYQ.

À l’échelle canadienne, en 2018, les cinq propriétaires les plus importants accaparent 65 % des revenus de l’ensemble du marché radiophonique. Il s’agit, dans l’ordre, de Bell (25 %), Rogers (15 %), Stingray (10 %), Corus (8 %) et de Cogeco (7 %). En ce qui concerne uniquement les stations de langue française, Bell Média amasse 35 % des recettes. Le CRTC, qui publie ces données, ne rapporte pas la part que détient Cogeco. On peut toutefois penser qu’elle avoisine celle de BCE. En effet, le CRTC attribue aux 13 stations appartenant à Cogeco des revenus de 99 millions. Or, douze d’entre elles sont de langue française et les recettes de toutes les radios sont de 254 millions au Québec7.

 

Notes
[1] Décision de radiodiffusion CRTC 2010-942, 17 décembre 2010.

[2] Idem.

[3] Bulletin d’information de radiodiffusion CRTC 2011-63, 1er février 2011.

[4] RNC Média détient aussi une participation de 18 % dans Radio Témiscamingue, qui opère une station de radio à Ville-Marie.

[5] CRTC, Rapport de surveillance des communications 2019.

[6] Calculs du CEM à partir des données de Numeris pour les différentes stations des groupes.

[7] CRTC, Rapport de surveillance des communications 2019.

Mise à jour : avril 2020